mercredi 6 décembre 2017





un matin mutilé
nuages déchirés de lumière
où à travers la vitre
le soleil déploie son spectre
des myriades de rayons incomplets
comme des flèches sans arc
les mêmes signes se répètent
de jour en jour
où les sondes
          insuffisantes
peinent à traduire les mystères

(la muse est à bout de
souffle ta magie sur les cendres
et ravive les braises bleues de décembre)

toujours cet entre-deux
toujours pris dans l'étau des contraires
          entre le jour et la nuit
          entre hier et demain
          entre l'idée et l'image
          entre la mémoire et l'oubli
          entre le coeur et la main
à l'intersection des sensations
disséquées à la pointe de la plume
je n'y vois qu'un amas de chemins
                        troubles et brumeux









lundi 4 décembre 2017








Les poètes n'invente pas les poèmes
Le poème est quelque part là-derrière
Depuis très très longtemps il est là
Le poète ne fait que le découvrir.
                                            
                                                        ~ Jan Skacel
 











vendredi 1 décembre 2017

(aphorisme?)





Dans chaque minute se cache une seconde d'éternité.





























lundi 27 novembre 2017

petite épiphanie








Le long de la route menant à toi, les lampadaires se succèdent comme un pouls régulier et gardent froidement le temps. Tes yeux dans chaque lumière, ton sourire dans chaque coup de vent. Sous ces lampadaires une première neige jaunâtre presque d'or rose compose le sujet amené (je corrige trop) de l'hiver. Les rues sont vides et désertes et n'attendent que tes pas, ta démarche fuselée. Plus loin, des forêts d'ombres frissonnent. Squelettes de novembre, les arbres dansent sous le poids d'une nouvelle saison à venir. Sufjan souffle son spleen dans le silence pendant que les fjords défilent, immenses. Mes oreilles ruinées des échos de ta voix rythment ces images pleines de nous. Je vais à toi, sublime vice vital, jusqu'à ce que la nuit diaphane souffle des vaisseaux de lumière glacée sur les talons du jour, illuminant la nécessité de dompter la bête, et l'on naît alors que l'automne se fane dans un crépuscule tressé de flocons de neige incandescents.




















samedi 18 novembre 2017





continue d'épuiser le fulgurant silence
quand le passé souffle ses lueurs diaphanes
arrivé à l'automne d'un été profane
l'hiver se dépose puis le calme s'élance

par-dessus la soirée à l'écume de glace
je tisse ma toile sur le feu endormi
j'entrelace égarés des souvenirs hormis
ceux insistants où elle prend toute la place

à broder le métal des absences inutiles
adviendra lentement une rouille futile
dans les lits sclérosées un baiser agonise

parfum de sulfure des amours embaumés
cette image versée que le temps tétanise
quelques larmes à la mort d'une pure beauté

























mardi 31 octobre 2017





Se tenir droit devant aucun regard constitue l'inutile nécessaire.
























dimanche 29 octobre 2017

haïkus du dimanche


je suis un poète
n'ayant pas publié
un poète inédit
     _____

il nous faut apprendre
à vivre selon le pouls
le rythme des arbres
     _____

pluie torrentielle?
les repères se perdent :
de minuscules tempêtes
     _____

ce qu'il y a
entre le ciel et la terre?
des rafales d'oublis
     _____

des morts heureuses ou
tragiques égrainent le sable
des heures et du vent
     _____

encens et parfums
nos charmes sorciers
un jour qui ne finit plus
     _____

lèvres mordillées
des gemmes brillent, nocturnes,
tues pas ses paupières
     _____

les lits grincent et jouissent
à l'unisson des ébats
des amants secrets
     _____

son visage comme
l'unique faisceau fatal
transgressant la nuit
     _____

son corps océan
frêle mais inépuisable
répare les brèches
     _____

Changes de Lana Del Rey
des larmes muettes
belles, un moment pur
     _____

et elle a laissé
des marques de vernis à ongles
sur le plancher
     _____

mon désir de tout dire
n'a d'égal furieux
que celui de tout vivre

































vendredi 27 octobre 2017




En attendant le calme, abolir le vertige et sauter, une bonne fois pour toutes. Il nous faut éprouver et sentir et connaître le néant de notre âme. On ne peut avoir peur que de ce que l'on ne connait pas.






















mercredi 25 octobre 2017






Mon âme est un orchestre secret; j'ignore quels instruments je pince et lesquels grincent à l'intérieur de moi. Je ne me connais que comme une symphonie.
                                                                                      ~ Fernando Pessoa






















mardi 24 octobre 2017











un ciel de soie rose lacéré
de soleil et d'orage
en alternance
les déclinaisons du feu
tes regards trainent partout
autour une odeur d'écorce
et d'asphalte mouillés

pulsant le silence
les échos des secrets que tes mains
ont déposés sur ma peau




























mercredi 18 octobre 2017







Créer, c'est vivre deux fois.

[...]


Travailler et créer "pour rien", sculpter dans l'argile, savoir que sa création n'a pas d'avenir, voir son oeuvre détruite en un jour en étant conscient que, profondément, cela n'a pas plus d'importance que de bâtir pour des siècles, c'est la sagesse difficile que la pensée absurde autorise. Mener de front ces deux taches, nier d'un côté et exalter de l'autre, c'est la voie qui s'ouvre au créateur absurde. Il doit donner au vide ses couleurs.

                                       ~ Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe




















lundi 16 octobre 2017










plus les jours passent plus
je n'ai rien à faire ici
et me referme
     _____

un cri sourd apporté
par l'écho, une porte
donnant sur le vide
     _____

une main imprévue
m'effleure, je suis rendu
à bout de masques
     _____

ciel ivre d'orage
un corps blessé de désir
le coeur bat, pesant
     _____

être un présent
que personne ne consomme
un éclair en avance
     _____

elle ouvre la voie
puis la referme, son ombre
s'éteint dans la brume
     _____

un effondrement
le miroir s'obscurcit
en strates de contraires











jeudi 12 octobre 2017

hasards objectifs



Petit atelier de création surréaliste fait en classe. Le principe est simple: la moitié des étudiants trouve une question, l'autre moitié trouve une réponse ; on mélange le tout puis on pige. Des fois ça donne n'importe quoi, mais c'est rare, j'en ai bisbaillé à peine une dizaine. Voici les perles que ça peut donner. Je ne change absolument rien (d'où les erreurs d'accord en début de phrase parfois) ni pronoms ni déterminants, je n'invente absolument rien non plus (d'où certaines répétitions et un petit manque d'originalité ici et là) et je les transcris dans l'ordre où je les ai pigés.

C'est quoi les jours qui passent? 
          C'est un courant d'air glacial.
C'est quoi la terre? 
          C'est la douceur d'une brise d'automne.
C'est quoi une rivière de larmes dans l'océan? 
          C'est la distance entre les étoiles.
C'est quoi la vie d'un amoureux fou?   
          C'est les murmures de ta belle-mère. (c'est hilarant ça)
C'est quoi la faim qui gruge dans le regard?
          C'est la voix de la raison.
C'est quoi le visage de l'amour?
          C'est le temps qui passe.
C'est quoi le souvenir?
          C'est une prison.
C'est quoi la peau?
          C'est le vent qui souffle sur les champs de blé.
C'est quoi la pensée?
          C'est le bonheur d'entendre ta voix.
C'est quoi le sang qui coule dans tes veines?
          C'est l'émerveillement.
C'est quoi la vie sans toi?
          C'est l'image qu'on retrouve dans les nuages.
C'est quoi la conscience?
          C'est inspirer du bonheur.
C'est quoi être vivant?
          C'est toute une aventure.
C'est quoi la vie?
          C'est le temps qui passe.
C'est quoi le sentiment amoureux?
          C'est ton regard plein de silence.
C'est quoi le savoir?
          C'est l'amour.
C'est quoi le bonheur?
          C'est un rideau qui flotte au vent.
C'est quoi la vie?
          C'est n'importe quoi.
C'est quoi ce beau sourire qui s'affiche sur ton visage?
          C'est l'écho de son coeur qui bat.
C'est quoi ce frisson que j'ai en te regardant?
          C'est ton regard sublime qui me traverse le corps.
C'est quoi le bonheur?
          C'est prendre son courage pour répondre à son désir.
C'est quoi la vie à tes côtés?
          C'est ton visage plein d'automne.
C'est quoi l'amour?
          C'est la chaleur de ton corps.
C'est quoi la beauté de la nuit?
          C'est la couleur rouge.
C'est quoi cette couleur provenant du ciel?
          C'est le sourire que tu as sur les lèvres.
C'est quoi cette émotion charitable qui émane de ton être?
          C'est la joie de pouvoir ressentir de nouveau.
C'est quoi la mort?
          C'est ça qui est ça.
C'est quoi un souvenir oublié?
          C'est ton souffle sur ma peau comme la brise du matin sur l'herbe.
C'est quoi la brise qui m'étouffe?
          C'est une amère jalousie pénétrant ton âme.
C'est quoi un baiser de ta part?
          C'est le brouillard qui tombe silencieux sur la mer.
C'est quoi la chaleur du vent?
          C'est l'espoir qui fait vivre.
C'est quoi l'homme?
          C'est l'odeur du matin.
C'est quoi une vague?
          C'est le temps perdu.
C'est quoi le vide?
          C'est un ciel étoilé qui se reflète dans tes yeux.
C'est quoi le rire d'un enfant?
          C'est ce champ de blé comme tes cheveux blonds.
C'est quoi cet éclat dans ton regard?
          C'est deux camions qui se rentrent dedans.
C'est quoi la peur?
          C'est la chaleur de ton amour.


Et un dernier que j'ajoute et qui n'est pas objectif pantoute :

C'est quoi la poésie?
          C'est ce qu'on attend pas, qui arrive de nulle part et qui se trouve n'importe où.















samedi 7 octobre 2017





Une langue lacée inconnue. Les lentes progressions de Godspeed you! Black emperor marquent le rythme de l'aube. Les trottoirs sont déserts. De l'asphalte vide. Sédiments de poussières des passants, des couches de pas invisibles. Belles âmes-en-peine au gré du vent. Le ciel aux cent tons du soleil qui se lève. Du rose au pourpre. Anthem for no state. Juste avant l'asphyxie, l'horizon est en feu. Les rues désertes comme des gouffres bleus prêts à encaisser les souvenirs à construire ; parades des petites routines, a great vain carnival!! L'écho de la ville endormie résonne. Tranquillement, les rues se rempliront pendant la journée d'encore plus de vide. Au bout de la rue, la montagne domine sous un sombreciel. Elle semble être dans un autre pays, toute recouverte d'ombre. Les arbres grondent, les rues nous avalent pour mieux nous recracher le soir. Nous aurons été un peu plus digérés. Jusqu'à l'effondrement, la disparition. Et le temps qui ne se lasse pas de nous tendre des miroirs changeants, comme si chaque pensée chaque visage chaque souvenirs étaient pluriels. Infinis. Un éternel maintenant à contrecoup des ailleurs inexistants. Les autres arrivent. Les fossiles s'amoncellent. Tous des borgnes maîtres d'aucun royaume sinon leur nombril. Échines courbées sur le sacro-saint-écran. L'on ne peut rien bâtir sur des colonnes molles. Atonie des corps pliés, comateuse volonté... Que des soupirs tus. Que des encens obscurs. Des doigts de fumée dansent. Effluves. Douceur et délicatesse du bruit chaorchestré. Qui du monde ou moi éprouve l'autre? Le derme effleuré, la peau comme écorce rouillée. Des veines tranchées. Dans les larmes de la lame, une lave pâle. 

Du rouge, presque transparent.





































vendredi 29 septembre 2017

sonnet






claustrale solitude dans la nuit nocturne
fardeau et silence du Sisyphe moderne
des fouets de lumières d'une lente lanterne
éclairent et nourrissent de cendres riches l'urne

alternent deuils et mémoires au parfum voilé
où luit la taille lactée d'un proche infini
à toi nymphe omise ton office in-fini
t'as oublié tes mains sur mon torse étoilé

tous ces ongles d'onyx farfouillant l'épiderme
et trouvant le rêve dans la fièvre des thermes
nébuleuse effilée d'un obstiné mirage

si près dans l'ombre des murmures de désastre
sitôt chassés par la promesse d'un visage
Sisyphe continue de respirer les astres



















enfin toute chaleur tuée
dehors un septembre brûlé laisse
sa place à l'octobre superbe
un calme immense s'est installé
au plus profond de l'aube
dans la simplicité d'une tasse de café
buée et fumées des effluves
cette rencontre du feu et du froid
c'est l'automne qui rentre en moi
























mardi 26 septembre 2017

au compte-gouttes





plus fou que son cri
son silence, l'écho
de son indifférence


























dimanche 24 septembre 2017










des corps plaqués       purs
la symbiose des sueurs
           juste un peu de feu


***





"Je m'entête affreusement à adorer la liberté libre." 
                                                                                    ~ Arthur Rimbaud

































  "We'll take up where we left off, Esther," she said, with her sweet martyr's smile. "We'll act as if all this were a bad dream."
   A bad dream.
  To the person in the bell jar, blank and stopped as a dead baby, the world itself is a bad dream.    
   A bad dream.
   I remember everything.
   I remember the cadavers and Doreen and the story of the fig-tree and Marco's diamond and the sailor on the Common and Doctor Gordon's wall-eyed nurse and the broken thermometers and the negro with his two kinds of beans and the twenty pounds I gained on insulin and the rock that bulged between sky and sea like a grey skull.
   Maybe forgotfulness, like a kind snow, should numb and cover them.
   But they were part of me. They were my landscape.

~ Sylvia Plath, The Bell jar








mardi 19 septembre 2017






que des jours horloges
les battements des tempes
réglées horloges aux temples
au crépuscule violet

et les nuages jurent jouets
semblant blasphèmes durs
des jours aux puérils caprices
qui passent révoltes latentes

s'affalant sur les azurs lisses
l'asphalte brûlant des augures
la fugue d'une antique toge
révèle pure la nuit éclatante



























dimanche 17 septembre 2017

ah pis fuck la ponctuation l'ami m'a conseillé d'écrire un texte question d'extérioriser le spleen des derniers jours pis parce que j'écris pas assez ces temps-ci mais écrire sur quoi quand des acouphènes d'inepties se montrent trop pinsistants partout autour des rumeurs dans la rue des visages indifférents indifférés dans les artères bouchées de la ville cette impression que la crise est imminente et le pontage impossible quand ce n'est pas une insouciance généralisée ou une vacuité crasse et déprimante l'absolu est porté disparu et personne à part quelques anachroniques le cherche un tant soit peu quoi écrire quand tout ces petits irritants s'immiscent malgré soi entre l'arbre et l'écorce ou entre l'Arabe et le Corse comme disait l'autre par exemple au parc cette fille prenant un selfie devant une fontaine prenant un autre selfie à côté de canards prenant un autre autre selfie à côté d'écureuils la tête savamment de biais semi-profil étudié qui saura la rendre plus belle cette self-obsession de la beauté physique si banale parfois parce que décidément dénuée de poésie inhérente parce que complètement stagée cette beauté tout sauf naturelle parce que complètement désertée par le feu comme un volcan complètement mort quoi écrire quand je me suis tellement garroché dans ma rentrée que j'ai de la difficulté à prendre le temps d'écrire trop pris que je suis dans mes lubies et mes obsessions par la littérature cette vie pleinement vécue encore lui Marcel le clairvoyant comme si j'avais sacrifié l'appréciation de ma solitude pour 140 étudiants à qui j'ignore s'ils le savent je donne absolument tout ce que j'ai une vocation qu'ils disaient pfff le mot est faible quoi écrire quand depuis trois jours déchirés ce goût de cendres froides dans la gorge comme du goudron séché sur quoi j'écrirais de toute façon sûrement pas sur toute l'énergie que je déploie à expliquer Baudelaire Rimbaud Mallarmé Proust et Joyce à des étudiants qui ne lisent pratiquement pas cette génération d'humains courbés distraits de l'ici et qui sont nulle part avec passion comme disait Luchini même si je sais qu'au final ils ne l'oublieront pas quinze semaines à forger un souvenir quand même incertain ou peut-être que je devrais écrire à propos de cette étudiante venue me voir me disant qu'elle a un projet de livre et qu'elle aurait besoin de mon aide pour l'épauler parce qu'elle veut écrire un essai sous forme de lettres adressées à ceux qui l'ont agressée lorsque qu'elle était prise dans l'engrenage débile d'une gang de rue non mais qu'est-ce que je peux écrire alors que son aveu me trouble tellement mais pourquoi câlisse qu'elle est venue me dire ça à moi quoi écrire sinon que j'accumule les fantômes ces êtres qui m'ont ghosté parce que je leur ai montré juste un tout petit peu d'absolu par-delà les aubes en lambeaux que j'ai envie de déchirer de la vitre en arpentant les rues d'une ville complètement déserte les pieds pris dans la terre à m'enivrer de la poussière des promontoires stériles dessinant des reliefs bâclés faut écrire en bloc amener la gloire tu disais l'ami n'est-ce pas si tu passes comme dans un rêve sache que je passe comme dans un cauchemar quoi écrire sinon sur des yeux en éclipses de feu ou sur mes yeux qui se perdent au rythme du déhanchement des reines ou encore sur les parfums laissés les souvenirs maquillés comblant les sillages des départs irréversibles ou encore écrire sur ce poème impossible complètement hallucinant écrit pour moi et personne d'autre par Emily Dickinson il y a plus de 150 ans c'est fou à quel point l'arc des astres semble parfois à portée d'atteinte il suffit juste d'un pincement de doigts pour lancer des flèches au coeur de l'infini sur cet été qui ne finit plus ce sale soleil que j'ai juste envie de défenestrer abruti que je suis comme Meursault complètement étranger abruti par cette chaleur accablante sur quoi écrire sûrement pas sur les cheveux que je ne trouve plus ici et là avec des yeux et des sourires pendus après vieux restants de passions tellement éphémères ces moments où l'on a envoyé la nuit et le temps se coucher des corps étrangers sur le sol et des faces plein ma tête et un vide un inévitable vide le monde cet incapable de m'apporter ce que j'attends de lui la chair est triste hélas et j'ai lu tous les livres non ce n'est pas facile d'écrire sur rien mais je continuerai quand même de faire vibrer la corde tendue aussi discordante soit-elle de l'inexprimable à l'exprimé même si ça se fera pour l'instant à coups d'inoffensifs haïkus
     _____

un été étrange
à compter les fantômes
les espoirs incréés
     _____

tout ce que j'ai à offrir
ce sont mes mains
pleines d'un peu de foudre
     _____

arrive automne
viens déposer tout autour
la rouille de l'été


























samedi 9 septembre 2017









je suis las de cette nuit insistante
aux formes fatiguées d'ébène bleue
comme si elle était insuffisante
à défaire les inlassables noeuds

aux limites des canopées de pluie
poli de nuages inconnues le soir
déchante seul son chagrin de minuit
une tristesse perdue dans la moire

plus loin les éclats d'un silex flou
vaguent sur le fil de nuits invisibles
où sur un étang de sang noir le fou
danse nu sa partition illisible





















vendredi 8 septembre 2017





mon cerveau vit, meurt et renaît...

à chaque fois...



"Mon crime, c'est d'avoir, gai de vaincre ces peurs
Traîtresses, divisé la touffe échevelée
De baisers que ces dieux gardaient si bien mêlée;
Car à peine j'allais cacher un rire ardent
Sous les replis heureux d'une seule (gardant
Par un doigt simple, afin que sa candeur de plume
Se teignît à l'émoi de sa soeur qui s'allume,
La petite, naïve et ne rougissant pas :)
Que mes bras, défaits par de vagues trépas,
Cette proie, jamais ingrate, se délivre
Sans pitié du sanglot dont j'étais encore ivre."

                                                           ~ Stéphane Mallarmé















mercredi 30 août 2017

sonnet en hendécasyllabes


terrassé et subjugué d'odieuses entraves
je fuis malade en solitude brumaire
ce sillon ton corps robe d'odeurs amères
ton corps nuité de brume et de grandes draves

l'écart entre nous que le silence lisse
et vaine essence qu'on inhale les lèvres
exsangues sous la morsure de la fièvre
rendent éphémères nos délires complices

exhalaisons de l'échancrure du gouffre
sans toi ma peau distille sueur et soufre
ma gorge sèche à l'outre du souvenir

mon être ce fjord attend un nouveau schisme
mais les amours ces démons déploient leur rire
et chassent cruels l'essentiel exorcisme

























samedi 26 août 2017

Pédagogie


INT. CLASSE - Vendredi 5h p.m.

Les murs sont beiges, sans fenêtres. Quarante étudiants regardent le prof, ils sont blasés et ils ont juste hâte de s'en aller parce que la première semaine fut brutale. 

LE PROF
Donc, comme je le disais, vous devez commencer la lecture de 
Dublinois en fin de semaine et question de vous imprégner de la 
culture irlandaise un peu, - on vient de voir que vous aviez du
rattrapage à faire à ce sujet - vous devrez aller dans un des
nombreux pubs irlandais de Montréal boire une pinte de Guinness.
Pas une rousse, une blonde ou n'importe quelle bière, une Guinness.
Et ce n'est pas une suggestion, c'est un devoir. 

(Les étudiants prennent à la légère cette boutade, la plupart d'entre eux sourit. Le prof ne démord pas et affiche un faciès imperturbable. Antoine le remarque, son sourire s'estompe.)

ANTOINE (interloqué)
Euh, vous êtes sérieux monsieur?

LE PROF
Absolument. Est-ce que j'ai l'air de blaguer?

(Les étudiants cessent de rire, un silence s'installe rapidement.)

Est-ce que quelqu'un y voit une objection?
(sans leur laisser le temps de répondre) Non? Parfait excellent!
Par solidarité, évidemment, je vais m'imposer ce devoir aussi.
Bonne lecture et bonne fin de semaine!

(Les étudiants se lèvent et sortent en blaguant, l'esprit léger, contents de cette première fin de semaine qui commence, contents de leur premier devoir.)



















quelle fin


"As he sat there, living over his life with her and evoking alternately the two images in which he now conceived her, he realised that she was dead, that she had ceased to exist, that she had become a memory. He began to feel ill at ease. He asked himself what else could he have done. He could not have carried on a comedy of deception with her; he could not have lived with her openly. He had done what seemed to him best. How was he to blame? Now that she was gone he understood how lonely hey life must have been, sitting night after night alone in that room. His life would be lonely too until he, too, died, ceased to exist, became a memory -- if anyone remembered him.

It was after nine o'clock when he left the shop. The night was cold and gloomy. He entered the Park by the first gate and walked along under the gaunt trees. He walked through the bleak alleys where they had walked four years before. She seemed to be near him in the darkness. At moments he seemed to feel her voice touch his ear, her hand touch his. He stood still to listen. Why had he withheld life from her? What had he sentenced her to death? He felt his moral nature falling to pieces.

When he gained the crest of the Magazine Hill he halted and looked along the river towards Dublin, the lights of which burned redly and hospitably in the cold night. He looked down the slope and, at the base, in the shadow of the wall of the Park, he saw some human figures lying. Those venal and furtive loves filled him with despair. He gnawed the rectitude of his life; he felt that he has been outcast from life's feast. One human being had seemed to love him and he had denied her life and happiness: he had sentenced her to ignominy, a death of shame. He knew that the prostrate creatures down by the wall were watching him and wished him gone. No one wanted him; he was outcast from life's feast. He turn his eyes to the grey gleaming river, winding along towards Dublin. Beyond the river he saw a goods train winding out of Kingsbridge Station, like a worm with a fiery head winding through the darkness, obstinately and laboriously. It passed slowly out of sight; but still he heard in his ears the laborious drone of the engine reiterating the syllabes of her name.

He turned back the way he had come, the rhythm of the engine pounding in his ears. He began to doubt the reality of what memory told him. He halted under a tree and allowed the rhythm to die away. He could not feel her near him in the darkness nor her voice touch his ear. He waited for some minutes listening. He could hear nothing: the night was perfectly silent. He listened again: perfectly silent. He felt that he was alone."

- James Joyce, A painful case











jeudi 24 août 2017

haïkus de fin de vacances, de rentrée, épars ici épars là-bas


arpenter la ville
aux aléas de nos soifs
la nuit est à nous
      _____

chaque fois que la
porte sonne je fais un
tabarnac de saut
     ______

une canicule
le soleil plie le métal
l'asphalte suffoque
     _____

il faudrait écrire
un poème de pure eau
froide de silence
     _____

le plus souvent les
mots ne servent qu'à
habiller notre néant
     _____

estie qu'y a des gens
sur le Mont-Royal
qui courent comme d'la marde
     _____

(faut tellement pas
prendre tout ce que j'écris
au premier degré)
     _____

à chaque poème
de Mallarmé mon cerveau
vit meurt et renaît
     _____

elle me sourit
une aut' fois de même
et je lui mange les jambes
     _____

en te regardant
elle mordillait sa lèvre
un désir brûlant
     _____

une peau de bronze
effleurée par mille vents
et mes deux mains vaines
































samedi 19 août 2017

aphorisme de comptoir de binerie



"Accept the fact that some days you are the pigeon and some days you are the statue."









vendredi 18 août 2017

(c'est l'fun les sonnets)




au grand déraillement on déchiffre les vagues
l'écume épileptique des terreurs marines
le salin fretin d'une lépreuse narine
humecte la poupe les sirènes divaguent

le mat du radeau scinde l'horizon l'hypnose
radieuse l'or d'un néant déguisé détonne
les regards se blessent sur la mer monotone
et ils se noient tous en une vibrante osmose

dans la nuit l'eau verte souffle un vent acéré
sur les souvenirs cannibales sidérés
se nourrissant de chair plutôt que de sextant

quand l'errance la folie revêt plusieurs formes
déroutes borgnes et coites des astres existants
sereins les egos s'égarent en noyades et normes
























jeudi 17 août 2017





les pierres du soleil auréolé d'Orient
jadis ramenèrent les éclipses égarées
les vestales aveugles de prières amarrées
transpercent les paupières d'un chant luxuriant

augures confus et dithyrambe païen
au berceau des symboles ont exposé les lieux
où le silence le seul signe des dieux
chante la bacchanale d'un corps mitoyen

ivre la valse étranglée des amants profanes
larmes et sueurs suspendus aux cils diaphanes
ils se sont retrouvés dans l'abandon des fauves

faisant fi des devins des auspices et du temps
leurs chevelures empêtrées dans le matin mauve
étendent encore l'éternité de l'instant